La Mimouna célébrée à Amsterdam

De nombreux juifs marocains ont célébré, mardi dans le prestigieux cadre du théâtre des tropiques d’Amsterdam (Tropentheater), la fête juive de «la Mimouna», en présence de personnalités néerlandaises et de nombreux membres de la communauté

La fête de la Mimouna, devenue un symbole de la coexistence entre juifs et musulmans au Maroc, a été célébrée à Amsterdam, à la manière typiquement marocaine, avec l’offrande de mets et de gâteaux variés, de thé à la menthe au son de la musique gharnatie, servie par une troupe venue spécialement du Maroc ; le tout dans l’ambiance festive qui caractérise cette cérémonie. A travers cette fête, célébrée dans une ville européenne où vit une importante communauté marocaine, les organisateurs ont voulu transmettre un témoignage de l’harmonie qui a toujours marqué la coexistence entre juifs et musulmans du Maroc, a expliqué Nadir Majid, secrétaire général de l’Association Maïmoun-Patrimoine culturel judéo-marocain et professeur à l’université d’Amsterdam. Portant djellaba et tarbouch, Sami Kaspi, juif marocain établi de longue date aux Pays-Bas et responsable de cette association, a confié, pour sa part, avoir retrouvé dans cette cérémonie le “goût et les souvenirs inoubliables de sa jeunesse dans le mellah”.

La cérémonie de la Mimouna, qui perpétue une tradition juive conçue en terre d’Islam, au cours de laquelle les musulmans marocains apportent la nourriture à leurs voisins juifs au terme de la pâque juive, symbolise la relation harmonieuse entretenue par les deux communautés des siècles durant, a expliqué M. Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc.

Le “destin des juifs du Maroc a toujours été meilleur qu’ailleurs”, a-t-il souligné, estimant que l’expérience marocaine est l’exemple qui dément l’opposition supposée irrémédiable entre arabes et juifs. Pour lui, cette cérémonie renforce les efforts déployés par diverses parties  pour renforcer la compréhension entre la communauté marocaine et son pays d’accueil et pour lever les préjugés et les idées simplistes. La même volonté de réduire les incompréhensions et les crispations communautaires a été exprimée par le maire d’Amsterdam, Job Cohen, qui a insisté  sur la nécessité d’oeuvrer ensemble pour renforcer la coexistence et le respect  mutuel. Nina Pieters, une réalisatrice néerlandaise, présente à cette fête, figure parmi les nombreux acteurs qui oeuvrent à ce rapprochement. Elle vient de filmer un documentaire au Maroc sur la vie de familles juives marocaines à Casablanca, Marrakech, mais aussi aux Pays-Bas.

Nina Pieters a tenu à associer un groupe de jeunes et d’adolescents néerlandais à son travail qui sera présenté dans les écoles hollandaises à partir de la rentrée scolaire prochaine. Outre la présence de juifs marocains de Belgique, des Pays-Bas et du Maroc notamment, cette fête de la Mimouna s’est déroulée en présence également de diplomates marocains et de nombreuses personnalités néerlandaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *