Le Mellah d’ Essaouira, ancien quartier juif.

Essaouira petite ville, fondée au XVIIIe siècle, a été le théâtre de revendications sociales, à l’instar de nombreuses villes de la région. Cette ville vivant une grave récession économique, nous a servi de toile de fond pour tenter d’illustrer quelques aspects de « l’exception » du printemps arabe marocain.
A travers l’analyse des trois marginalités vécues par l’ancien quartier juif de la ville, nous avons essayé de présenter quelques aspects des revendications sociales locales, leur évolution, ainsi que le rôle et le mode opératoire des différents acteurs impliqués ou concernés.

Dès la création de la ville d’Essaouira, une communauté juive était présente. Au 19eme siècle, les commerçants européens sont chassés de la ville par la peste de 1799 et les juifs les remplacent dans le négoce.

Si les plus riches quittent le mellah, celui-ci reste bien vivant.  Les ruelles étroites et les arcades

Mellah d'Essaouira

sombres se trouvent entre la fin de l’avenue Mohamed Zerktouni et la porte Doukkala.
Mellah d'Essaouira
La synagogue est toujours indiquée, bien que la plupart des juifs ont rejoint l’état d’Israël en 1967.

Mellah d'Essaouira
Les ruelles du Mellah longent les soubassement de la muraille face à l’océan.
Mellah d'Essaouira
On s’affaire près de la mer à bab Doukkala.
On longeant les murs au nord, on atteint le bastion nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *