LA MIMOUNA

                                           Date :  22 Nissan en Israel 23 Nissan en dehors d’Israel
Cette annee :
Mimouna en Israel : 29 avril au soir
Mimouna en dehors d’Israel : 30 avril au soir

La Mimouna, marque la fin de la fete de Pessah.
L’origine de la Mimouna est extremement vague (visiter notre page sur le sujet).

Les coutumes alimentaires sont nombreuses et varient selon les familles et les regions:
Un poisson (symbole de fertilite), des epis de ble, une coupe de farine (pour signifier l’abondance et le retour au pain) où sont disposes 5 pièces de monnaie, des bijoux, 5 cosses de fèves vertes et 5 oeufs (symboles d’abondance), de l’huile contre le mauvais oeil, du lait frais, du beurre, du lait caille, des fruits secs, des fruits, des feuilles de laitue symbolisant le printemps, etc.
Des gateaux a base d’amandes, zaban (nougat), mroziya (confiture de raisins secs et noix), du couscous au beurre, mofleta, le tout accompagne de mahia ou de the a la menthe.
Dans la region de Fes on posait sur la table du mimosa.

Le maitre de maison benit les membres de sa famille, et leur offre une feuille de laitue trempee dans du miel parfois accompagnee d’une gorgee de lait.
A Fes et Sefrou, le maitre de maison trempe un brin de menthe fraiche dans du lait et asperge delicatement le front de chaque membre de la famille en disant :
OREKH YAMIM OUCHNOT HAYIM YOSIFOU LAKH
OREKH YAMIM BIYEMINA BISMOLA OCHER VE CAVOD
En judeo-arabe
TOULAN LAAMAR OUSNIN LAHHYA OU L’MAAFIA YZIDOU LAK
TOULAN LAAMAR MEL’LIMIN OU L’ISSER LAGHNA OULOUAR
Apres cette benediction, il donne une datte fourree de beurre et  la personne benite l’embrasse. 

A l’occasion de la Mimouna, les voisins musulmans apportaient a leurs amis juifs des aliments interdits pendant les huit jours de fete, des fleurs et de la verdure.
Les maisons, aux portes ouvertes, accueillaient amis, voisins et parents : habilles de leurs plus beaux vetements, ils se rendaient visite et s’echangaient le voeu traditionnel, en judeo-arabe : terbhou ou tsaadou.
Moment privilegie où les jeunes hommes et jeunes femmes pouvaient se rencontrer, la Mimouna favorisait les echanges de cadeaux entre fiances et la rencontre officielle avec les beaux-parents.

Le lendemain a lieu un pique-nique dans la nature au bord de l’eau, rappelant la traversee de la mer Rouge et le renouveau printanier. Dans certaines communautes, les arbres sont benis.

La fête de la Mimouna, devenue un symbole de la coexistence entre juifs et musulmans, a été célébrée à la marocaine, avec des mets, des gâteaux variés et du thé à la menthe au rythme de la musique d’Ahouach, le tout dans une ambiance festive qui caractérise cette cérémonie marquant la fin de la Pâque juive (Pessah).

Selon le président de l’Association des juifs marocains pour le patrimoine culturel aux Pays-Bas, organisatrice de l’initiative, Sami Akasbi, cette fête reflète l’harmonie qui a toujours marqué la coexistence entre juifs et musulmans, ajoutant que le Maroc était et reste une terre d’accueil et du vivre-ensemble pour toutes les communautés.

Source : http://dafina.net/gazette/article/la-mimouna