Le Rwanda veut accélérer la coopération avec le Maroc dans plusieurs domaines

Le Royaume du Maroc et la République du Rwanda, deux pays unis par des relations cordiales empreintes de compréhension et de respect mutuel, sont en passe d’imprimer une nouvelle cadence et d’insuffler une nouvelle dynamique à leur coopération bilatérale en la hissant au rang d’un partenariat gagnant-gagnant.
« Nous sommes animés par une forte détermination d’accélérer la coopération avec le Maroc dans plusieurs domaines », a affirmé la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, citée parNew Times, principal journal anglophone rwandais.

Les représentants de certaines entreprises marocaines ont d’ores et déjà effectué des visites de prospection au Rwanda dans le but de développer des projets dans ces domaines et dans bien d’autres, a rappelé la ministre.

Le secteur privé des deux pays est appelé, comme l’a relevé Louise Mushikiwabo, à jouer un rôle décisif dans le façonnement de ce partenariat, dont le cadre juridique a déjà fait l’objet de discussions profondes visant à mettre en place une plateforme solide, capable de propulser les relations bilatérales vers de nouveaux horizons.

Les entreprises des deux pays sont conscientes de l’importance de ce nouveau chapitre qui s’ouvre dans les relations entre Rabat et Kigali, a fait savoir la ministre rwandaise.

Pour concrétiser leurs objectifs de développement, les autorités rwandaises ont porté le choix sur la transformation profonde d’une économie essentiellement agricole à une économie de services. « Exporter ou mourir » est désormais la devise de ce pays, dont les ambitions n’ont d’égal que la grandeur de son peuple.

Les résultats ont été spectaculaires, avec à la clef un taux de croissance économique annuel de 8%, l’un des plus élevés, non seulement en Afrique, mais également dans le monde entier.

Cependant, le pays fait toujours face à des défis qui ne sont que le reflet des ambitions légitimes de cette jeune Nation d’améliorer les conditions de vie de ses enfants. Il s’agit, en particulier, de la lutte contre la pauvreté et les disparités sociales, un challenge commun à un bon nombre de pays africains.

Comme l’affirment plusieurs observateurs, ces défis et ces problèmes de développement qui persistent sont porteurs d’opportunités, car ils font du Rwanda un véritable chantier en pleine expansion.

En effet, les secteurs des infrastructures et de la construction sont l’illustration de ces domaines où les investisseurs étrangers disposent de grandes opportunités à saisir dans ce pays qui ne cesse d’afficher son ouverture sur le secteur privé.

Avec ces atouts indéniables, surtout une population jeune et instruite (près de 70% des Rwandais ont moins de 25 ans), le Rwanda devra continuer à se frayer son chemin parmi les grands du continent en s’imposant comme acteur incontournable dans tout effort pour une Afrique réconciliée, prospère et unie.

( MAP)