SM le Roi offre un dîner en l’honneur des membres de la communauté juive marocaine

A l’occasion de la visite de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste à “Bayt Dakira” à Essaouira, le Souverain a offert, mercredi à la Cité des Alizés un dîner en l’honneur des membres de la communauté juive marocaine et des grandes personnalités venues du monde entier assister à ce grand événement.

https://twitter.com/Z1kZak/status/1217784210179731457

Ce Diner a été marqué par la présence des Conseillers de SM le Roi, MM. Fouad Ali El Himma, André Azoulay et Yassir Zenagui, de membres du gouvernement, de la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay, de l’ambassadeur d’Allemagne à Rabat, Dr Gotz Schmidt Bermme, du secrétaire général de la Communauté juive au Maroc, M. Serge Berdugo, du Grand Rabbin de Genève, M. Yzhak Dayann du Directeur-exécutif de la fédération sépharade américaine, M. Jason Guberman et de l’acteur et humoriste, M.Gad El Maleh, ainsi que de plusieurs hautes personnalités.

Singularité du judaïsme marocain

Le Souverain a ensuite été salué par le Grand Rabbin de Casablanca, M. Joseph Israel, et le Grand Rabbin M. David Pinto, avant de visiter la salle de prière «Slat Attia», l’une des synagogues les plus emblématiques d’Essaouira-Mogador qui reflète l’exceptionnelle singularité et la richesse du judaïsme marocain.

Le Souverain a, par la suite, été salué par Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Ensuite, M. André Azoulay a présenté au Roi, Amir Al-Mouminine, les deux Livres Saints : Le Coran et La Thora.

A cette occasion, le chantre Michel Abittan a interprété des chants religieux, avant que le Grand Rabbin de Casablanca, M. Joseph Israel, ne prononce une bénédiction pour le Roi Mohammed VI.

Par la suite, le Conseiller du Roi, Président de l’Association Essaouira-Mogador, M. André Azoulay, a prononcé une allocution devant le Souverain dans laquelle il a affirmé que cette visite du roi scelle la renaissance de la ville d’Essaouira, qui a toujours été tournée vers le reste du monde, notant que c’est un jour historique qui porte l’empreinte de « notre Maroc séculaire et millénaire qui a su protéger la très grande diversité, qui est la richesse centrale de notre pays ».

Un lieu de pédagogie

« Cette maison est celle de la mémoire et de l’histoire. Elle est aussi celle de cette boussole marocaine dont le monde a besoin aujourd’hui, un monde en quête de repères, un monde qui tourne le dos à toutes ces valeurs qui sont celles de notre pays sous le leadership de SM le Roi, Amir Al-Mouminine », a ajouté M. Azoulay.

Ayant pour centre de gravité la Synagogue «Slat Attia», Bayt Dakira est un lieu de mémoire qui raconte par les objets, les textes, la photo et le film l’exceptionnelle saga du Judaïsme dans la ville d’Essaouira et de ses patrimoines : du cérémonial du thé à l’art poétique hébraïque, de l’orfèvrerie du filigrane de l’or et de l’argent à la broderie et à la confection de somptueux caftans, des arts culturels à la littérature et des rituels souiris à la synagogue aux grands comptoirs du négoce qui ont fait le rayonnement de Mogador au 18e et 19e siècle.

« Bayt Dakira », qui présente et explique tous les passages de la vie juive à Essaouira, de la naissance au décès et de la Bar Mitzvah au mariage, est également un lieu de pédagogie grâce au Centre de Recherches Haim et Célia Zafrani sur l’histoire des Relations entre le Judaïsme et l’Islam, qui constitue un espace d’échange entre les chercheurs de divers horizons et un espace de partage, de transmission et de résistance à l’amnésie.

A l’issue de la visite, le Roi a été salué par 27 personnalités de la communauté juive marocaine et du monde.

Les anciens peuvent reposer en paix. La mémoire juive marocaine a ses gardiens. De toutes générations et de toutes confessions, ces Marocains de naissance ou de cœur sont désormais mobilisés, chacun à son échelle et dans son espace de vie, pour préserver, perpétuer et faire rayonner le judaïsme marocain, composante singulière et souvent exemplaire de l’identité plurielle du Maroc.