vendredi, janvier 27, 2023
Google search engine
HomeCultureCHANTS ANDALOU JUDEO MAROCAINS

CHANTS ANDALOU JUDEO MAROCAINS

Depuis le Moyen-âge, les pratiques musicales et poétiques juives de l’Occident musulman ont évolue dans le droit fil des pratiques et des traditions musulmanes de la musique et de la poésie, lesquelles se sont développés dans l’aire culturelle hispano musulmane et arabo-berbère. Les raisons de cette connivence culturelle furent nombreuses.

L’imbrication des élites intellectuelles juive dans la création culturelle musulmane et même, à certaines époques et sous certaines dynasties, leur intervention dans la gestion ou le bon support des biens du souverain, ou bien dans la diplomatie de certains souverains, ont généré des terrains de savoir commun, de transmission et de coopération, dont les retombées sont inscrites dans l’intense production intellectuelle juive, médiévale et ultérieure, aussi bien en judéo-araméen médiéval qu’en hébreu. D’autre part, la coexistence économique et professionnelle des deux communautés, dont la complémentarité était vitale pour les communautés juives, a aussi multiplie les occasions de rencontres personnelles et culturelles entre juifs et musulmans.

Ces rencontres ont eu pour effet l’emprunt permanent de traditions orales et musicales par des amateurs et des professionnels juifs. Ceux-ci leur ont fait intégrer l’habitus culturel communautaires tout en leur donnant fort souvent de nouvelles fonctions sociales, et en leur octroyant de nouvelles valeurs sémiotiques en accord avec les valeurs et les traditions juives canoniques.

Par ailleurs, bien que nous n’ayons pas d’indications, avant le XXe siècle, concernant la participations commune de femmes musulmane et de femmes juives a des cérémonies de mariage ou a des festivités familiales des deux communautés, il serait impossible de comprendre, sauf cette hypothèse, comment une grande partie du répertoire de la poésie orale des femmes musulmane se retrouve dans la bouche des femmes juives, qui l’ont adoptée et enrichie au cours de leurs performances repensées. Dans certaines communautés d’ailleurs, c’est cette performance continue par les femmes juives qui a préservé oralement de très nombreuses chansons, tombées

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments