lundi, avril 15, 2024
spot_img
AccueilMusiquesARTSMon Souk El Khmiss, film de Izza Génini : Une oeuvre à...

Mon Souk El Khmiss, film de Izza Génini : Une oeuvre à part

La cinéaste et productrice présentera dans neuf villes son intime et nouveau documentaire Mon Souk el Khmis, suivi de Transes d’Ahmed El Maânouni, un film devenu culte – qu’elle a produit au début des années 80, et qui a marqué sa carrière.

Née à Casablanca en 1942, Izza Genini a d’abord été productrice et distributrice de cinéma avant de passer derrière la caméra et de devenir réalisatrice. Son regard est celui d’une marocaine partie vivre à Paris avec sa famille à l’âge de 18 ans. À la faveur d’un voyage de loisirs 14 années plus tard, elle redécouvre avec passion son pays d’origine. Elle s’engage alors dans un travail de documentariste sur les expressions musicales berbères, juives, arabes et plus largement sur le patrimoine immatériel marocain.

Avec Mon Souk El Khmiss, la cinéaste nous amène au Maroc de son enfance. Il s’agit d’un lieu visité, une ambiance et des personnes rencontrées. Rencontre avec l’ambassadrice du septième art marocain.

En privilégiant le plaisir de la musique, le souci des traditions et son expérience personnelle Izza Génini nous invite à un voyage sensible, à la rencontre d’artistes et de personnes visiblement heureuses de partager avec nous leurs talents et leurs savoirs. À travers son travail de productrice et surtout de réalisatrice, Izza Génini a œuvré à faire connaître le patrimoine musical et les cultures populaires du Maroc.

A environ 660m d’altitude et avec très peu de trafic de voitures, on y respire un air limpide et frais qui invite à y passer quelques jours pour découvrir la beauté de ce lieu et de son environnement.

Elle  se trouve également au cœur d’une région qui regorge d’atouts naturels à même de la propulser au premier plan des destinations touristiques. Les férus de l’alpinisme, de l’acobranche, du trekking, du parapente et du surf nautique y trouveront leur compte tout comme les amateurs des produits de l’artisanat, notamment de la tapisserie et de la bijouterie et du folklore.

Synopsis Mon Souk el Khmis

Le film Mon Souk du jeudi d’El Gara explore au moyen de rushs inédits le rapport intime d’Izza Génini aux lieux, aux personnes et aux événements dans une reconnaissance mutuelle.

Synopsis Transes

Nass El Ghiwane est un groupe de musiciens marocains formé dans les années 70 au cœur de l’un des quartiers pauvres de Casablanca. Mêlant grands thèmes traditionnels et incantations laïques, leur musique puise dans le creuset de la culture populaire. Les chansons racontent aussi bien les joies du monde qu’elles pleurent les poètes défunts, clamées au son de rythmes frénétiques. Au détour des rues comme dans les salles de concert bondées, l’explosion musicale déclenchée par Nass El Ghiwane met les foules en transe…

Rencontre providentielle
Ce film retrace une partie du parcours de Nass El GhiWan, les porte-étendards de toute une génération et du mouvement « El GhiWan ». Izza a confié la réalisation à Ahmed El Maanouni, qui a filmé les concerts et suivi la vie de tous les jours des musiciens. S’ensuit une riche participation à la production, dont on peut citer Zeft ce Tayeb Seddiki, Hadda de Mohamed Abouelouakar, ainsi qu’à la distribution comme Il Bacio di Tosca de Daniel Shcimid ou Ablakon de Roger Gnoan M’Bala dans les années 80. Mon Souk El Khmiss peut s’inscrire dans la même lignée des films realisés par Izza Génini qui puisent dans le patrimoine culturel, traditionnel et artistique marocain : Aïta, Malhoun, Moussem, Gnaouas, Retrouver Oulad Moumen, Voix du Maroc et la liste est encore longue. Et qui sont sortis dans les années 90 et 2000. C’est suite à une tournée avec l’Institut Français qu’on a pu découvrir Mon Souk El Khmiss d’El Gara. « Ce film a une place un peu à part par rapport à ma filmographie. Presque tous les films que j’ai produits et réalisés jusque-là, se faisaient dans un cadre très professionnel de documentaire de création, comme on l’appelle en France, c’est à dire l’élaboration de dossiers, l’attente et les mises en place du plan de financement… etc. Mais comme Mon Souk El Khmiss, est composé essentiellement des rushes que j’ai redécouverts en 2021, tournés en 1994 pour le film « Retrouver Oulad Moumen » j’ai préféré le produire plus modestement.

Ces rushes gardaient un trésor ! La rencontre providentielle avec Hajja El Hamdaouia et les Oulad Bouâazaoui au Souk d’El Gara qui s’appelait dans mon enfance Boucheron » Izza Genini raconte que les musiciens lui ont proposé de venir boire du thé. Et elle ajoute que : « nous avons passé des moments formidables et exceptionnels ensemble. Donc, il me fallait faire quelque chose avec cette matière. Il y a plusieurs cadeaux ce jour-là. « D’abord, la rencontre avec Hajja El Hamdaoui, Paix à son âme, et les musiciens, puis leur musique et leurs chants au cours de cette rencontre et enfin le cadeau de notre cameraman Jean Claude Lubtchansky qui filmait à notre insu, par plaisir personnel sûrement, sans savoir que ces images allaient trouver leur place dans ce film! C’est ainsi que les choses se sont déroulées. J’avais complétement oublié tout ce qu’il avait dans ce tournage jusqu’en 2021. Juste après le covid, j’ai découvert tout cela. J’ai décidé d’en faire un film».

Elle ajoute qu’elle ne savait pas ce qu’elle allait faire de ce matériel. « Est-ce que ce serait un film sur Hajja El Hamdaouia ? Un film sur le Souk ? finalement est au fur et à mesure qu’on travaillait sur les images, je comprenais en fait que ce lieu, El Gara, où mon père m’emmenait enfant, a forgé la Izza si marocaine, qui, sa vie durant a réalisé nombre de films sur le Maroc. C’est en tout cas cette relation au lieu que j’ai tenté de faire passer dans ce film ». Ainsi en explorant les rushs inédits, Izza nous offre un condensé de ses souvenirs d’enfance. Mon Souk EL Khmiss est peut-être l’oeuvre le plus personnelle de sa carrière.

RELATED ARTICLES
- Advertisment -spot_img

Most Popular

Recent Comments